Que sont-elles devenues ?

Marine Leroux, Consultante Application

 

Chaque année, plus de 1000 personnes sont formées à l’ENI. Suite à quoi, elles entrent sur le marché du travail et exercent le métier qui les passionnent en entreprise. C’est le cas de Marine Leroux, Consultante Application chez Sogeti Ouest à Nantes. Grâce à son profil de développeuse fullstack, depuis l’ENI, elle a pu travailler sur du front-end et du back-end, avec d’anciennes technologies comme le langage Delphi par exemple, mais aussi avec des technologies plus récentes comme le langage Angular.

 

En quoi consiste votre métier de Consultante Application au quotidien ?
Ma mission actuelle est axée back-end en langage Java. Au quotidien, je réalise des développements sur un ensemble de webservices en Java 8, en REST et SOAP. Je travaille en mode agile, les tâches sont donc découpées en « user story » quand il s’agit d’une évolution. Je réalise, soit le développement d’une US, soit le développement correctif d’une anomalie.

En tant que développeuse de l’équipe, je suis également amenée à :

  • relire le code de mes collègues
  • valider leurs développements
  • écrire de la documentation technique en lien avec mes propres développements.

A chaque sprint je participe également aux cérémoniaux agiles : planning de sprint, revue de sprint, démonstration et rétrospectives de sprint.

 

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?
J’adore coder dans un langage et voir les résultats dans l’application pour le client, j’ai l’impression de créer des choses un peu « magiques » pour les non-initiés, une sorte de super-pouvoir ??

J’apprécie également la possibilité d’obtenir des résultats rapides de mon travail, et en ça, l’agilité c’est génial : on livre toutes les 3 semaines, c’est très satisfaisant de voir que le travail avance. Et puis loin des stéréotypes de l’informaticien tout seul derrière son écran, on échange beaucoup au sein de l’équipe et j’ai des collègues en or !

 

Quelles sont selon vous les qualités nécessaires pour exercer ce métier ?
Il faut savoir s’adapter : aux environnements, aux équipes, aux clients, aux nouvelles tendances. Il faut accepter de ne pas tout savoir mais toujours vouloir apprendre, et faire preuve de curiosité. Notre métier c’est souvent de résoudre un problème et la solution vient en essayant, en se trompant et en recommençant, un peu comme le font les chercheurs avec plusieurs phases d’expériences.

 

Quelles formations avez-vous suivies à l’ENI ?
J’ai suivi la formation bac+4 Concepteur Développeur Informatique qui démarrait le 4 décembre 2017 (oui je m’en souviens encore !).

 

Quel a été votre parcours depuis l’ENI ?
L’accompagnement de l’ENI sur la recherche de stage m’a permis d’être embauchée par Sogeti pour réaliser mon stage sur une application mobile. J’ai ensuite eu une première mission pour un client du transport où j’ai appris le fonctionnement d’une DSI, le cycle de vie d’une application, la posture client… Toutes ces choses qu’on ne peut pas vraiment apprendre ailleurs que sur le terrain. Depuis un an et demi, je suis en mission pour un acteur du transport ferroviaire, j’ai participé à une application qui démarrait de zéro c’était très stimulant ! Puis, j’ai changé légèrement de périmètre d’intervention et j’exerce désormais dans une équipe avec un projet de plus de 160 webservices… c’est très challengeant ! ;)

 

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite exercer ce métier ?
Je recommanderais de se renseigner et d’échanger avec des personnes du métier pour voir si le métier vous plaît, mais aussi, si les méthodes de travail vous correspondent, ainsi que l’environnement. On peut être amené à passer pas mal de temps devant un ordinateur ou échanger en visioconférence. Par exemple l’agilité est un véritable attrait pour moi par rapport à ma façon de fonctionner mais tous les projets ne sont pas ainsi, à chacun de voir ce qui lui convient le mieux. Sinon pour la petite histoire, je me souviens avoir hésité au lycée à suivre cette voie, peu féminine à l’époque… elle a fini par me rattraper plus tard ! Donc si vous avez l’envie, il faut foncer !

 

Marine Leroux   

Partage

Nos étudiants témoignent